Association du Grand Avignon des utilisateurs de Linux / *BSD, et de logiciels libres.

Mot-clé - KDE

Fil des billets

mercredi 5 octobre 2016

LXQt sous FreeBSD

Deux semaines après l'annonce de sortie de la dernière version (0.11.0) du gestionnaire de bureau LXQt, je viens de terminer le portage (cette fois-ci avec l'aide de Jesper Schmitz Mouridsen).

Pour pouvoir l'installer il va falloir tout d'abord récupérer certaines bibliothèques en provenance du dépôt expérimental de l'équipe en charge de la maintenance de KDE.

En effet LXQt repose sur certains composants issus de KDE Frameworks 5.

Tous les détails sont accessibles sur la page dédiée du wiki [1]. Je parts du principe que vous avez déjà le catalogue des logiciels portés (généralement dans /usr/ports).

Obtenir KDE Frameworks 5 et Plasma

Ces ports ne sont pas encore dans le dépôt officiel (on peut parfois rencontrer des problèmes de compilation ou d'autres soucis).

Clonage du dépôt expérimental, KDE

On doit récupérer la branche qui s'appelle plasma5.

mkdir plasma5 ; cd plasma5
svn co http://area51.pcbsd.org/branches/plasma5/KDE .

Pour effectuer le merge, [2] il est préférable d'utiliser le script kdemerge.

fetch http://area51.pcbsd.org/trunk/area51/Tools/scripts/area51 -o ~/kdemerge

Merge

sh kdemerge -d plasma5 /usr/ports

Une fois l'installation du bureau terminé, je vous conseille de repartir sur un copie « propre », car l'importation touche de nombreux fichiers dans la structure interne du catalogue de logiciels portés.

Modification du fichier Mk/bsd.port.mk

Il faut rajouter deux nouvelle catégories (elles ont été définies par l'équipe en charge de KDE)

  • kde-frameworks
  • kde-plasma

Obtenir LXQt

Le travail est relativement simple, on récupert le script lxqtmerge et on compile les méta-ports x11-wm/lxqt et x11/lxqt-l10n (ce dernier contient les traductions).

fetch https://subversion.assembla.com/svn/lxqt/trunk/Tools/scripts/lxqtmerge

Avant de faire quelque soit, il faut adapter deux variables LOCAL_REPO et PORTSDIR. Ci-dessous les différentes options possibles :

usage: lxqtmerge options

options:
  -h    display this help
  -c    clone remote repository
  -m    merge into the ports tree
  -u    update local repository
  -r    revert changes

Dans notre cas, il faudra simplement faire :

sh lxqtmerge -c && sh lxqtmerge -m

LXQt repose sur le gestionnaire de fenêtre Openbox, si on effectue une installation « minimale » voici la liste des ports issus du dépôt KDE.

  • kf5-extra-cmake-modules
  • kf5-oxygen-icons5
  • kf5-kwayland
  • kf5-kwindowsystem
  • plasma5-libkscreen

La commande SQLite qui m'a retourné ce résultat :

sqlite3 /var/db/pkg/local.sqlite

sqlite> SELECT name, version FROM packages WHERE name LIKE 'plasma%' OR name LIKE 'kf5%' ORDER BY origin;
kf5-extra-cmake-modules|5.26.0
kf5-oxygen-icons5|5.26.0
kf5-kwayland|5.26.0
kf5-kwindowsystem|5.26.0
plasma5-libkscreen|5.7.95
sqlite>

Notes

[1] Celui hébergé par FreeBSD.

[2] On copie le contenu du dépôt KDE vers le catalogue des logiciels portés officiel.

samedi 20 février 2016

La riposte de la communauté openSUSE face au projet KDE neon

Lors du dernier FOSDEM, Jonathan Riddell a annoncé un nouveau projet, KDE neon.

Il permet aux utilisateurs de tester les dernières versions des bibliothèques KDE Framework et Plasma 5 (le bureau) sur une base Ubuntu LTS [1], [2]. Les applications sont issues de la branche unstable du dépôt Git, et non pas d'archives comme on le trouve habituellement (il faut donc en tenir compte).

Le but est d'offrir aux utilisateurs des paquets en continu à partir de snapshots (considérés utilisables par les développeurs) du dépôt Git.

Le projet openSUSE a donc réagit est propose deux distributions contenant les tous derniers logiciels du bureau KDE Plasma.

Trois dépôts sont à activer si l'on souhaite utiliser les tous derniers logiciels du bureau KDE Plasma.

Il existe une initiative similaire pour le bureau GNOME Shell, GNOME:/Next.

Notes

[1] Ubuntu étant basé sur Debian, dont la réputation est d'être très stable.

[2] Jonathan Riddel a longtemps été un membre actif, pendant plus de 10 ans, auprès de la communauté Kubuntu, ceci expliquant l'utilisation d'une base Ubuntu pour ce nouveau projet.

[3] Cette distribution est basée sur SUSE Linux Enterprise (SLE)

[4] Également basée sur SLE, mais ayant le principe d'une rolling release.